Sauvegarde du patrimoine existant et création d’espaces contemporains.

La Fondation, ses amis et ses partenaires  s’engagent pour que le patrimoine de Fourg, bâti, végétal, mobilier et documents devienne le cadre de composition et d’interprétation  des musiciens en résidence.

L’œuvre la plus importante à réaliser est la réhabilitation du bâti, avec trois impératifs :
préserver et amplifier la beauté du lieu, source d’inspiration première des résidents de demain
incorporer les éléments de confort de vie dans un lieu qui en est dépourvu et offrir des modes opératoires contemporains tels un studio d’enregistrement
assurer le plus bas niveau possible des dépenses de fonctionnement et d’entretien futures

L’ampleur de cette démarche rendra nécessaire des concours financiers extérieurs.

Le végétal a fait l’objet de premières opérations de taille et d’abattage de grands sujets arrivés en fin de vie, avec les concours du Centre de Formation Professionnelle de Promotion Agricole de Chateaufarine (chateaufarine.educagri.fr) et de l’Association Bisontine de Pomologie (abpomologie.free.fr) de Besançon, en attendant que le plan du parc datant de la fin du XVIII° siècle serve de fil conducteur à de nouveaux aménagements respectant les contraintes d’équilibre écologique.

Dans le cadre d’un échange très dynamique, des pièces de mobilier de Fourg sont confiées à des élèves du Lycée Professionnel Saint-Joseph de Besançon (www.stjoseph-stpaul.org/~lpstjo). Ces pièces  servent de support de travaux pratiques, puis  retrouvent leur état premier  grâce au savoir-faire acquis et au talent révélé des étudiants du département d’ébénisterie. La Fondation offre la possibilité aux étudiants d’assister à des concerts du Festival de musique de Besançon, première découverte pour certains.

Certains des documents conservés ont été prêtés à l’Association pour l’Histoire de l’Administration des Douanes  de La Rochelle et ont permis d’éclairer la carrière de Henri Fine dans cette grande institution, au XIX° siècle.

Les instruments de musique de Marcelle de Lacour et ceux qui seraient légués à la Fondation seront joués par les musiciens dans des espaces adaptés à chacun d’entre eux.